Défi Innovation Estrie » Management de l'innovation » Recruter un stagiaire : mode d’emploi

Recruter un stagiaire : mode d’emploi

par Marianne Verville

Vous avez pris la décision d’embaucher un stagiaire, mais vous ne savez pas comment vous y prendre? En fait, il faut simplement bien s’y préparer et utiliser les bonnes ressources. Par où commencer? Quel est le bon moment pour embaucher? À qui s’adresser? Toutes les réponses sont ici!

La clé est dans l’offre de stage

La première étape est d’identifier le ou les programmes à cibler selon vos besoins. Ensuite, vous devrez déposer une offre de stage. Les étudiants posent au fur et à mesure leur candidature aux postes qui les intéressent.

Votre entreprise ne veut pas un stagiaire, elle veut le meilleur stagiaire. Pour une PME, il est parfois difficile de tirer son épingle du jeu face à une compétition très forte de gros joueurs. « Il faut vendre son entreprise aux étudiants », affirme Nicolas Bombardier, directeur R&D chez Verbom. Selon lui, les PME peuvent contrecarrer l’attrait des grosses entreprises en mettant en valeur leurs avantages : plus de responsabilités, possibilité de toucher à plusieurs aspects du domaine, etc.

Comment fonctionne l’embauche?

Des entrevues permettent à l’entreprise de faire une sélection parmi les candidats. La phase de placement termine le processus d’embauche. Par exemple, à l’Université de Sherbrooke, c’est un système de cotes qui permet de coordonner les choix des employeurs avec ceux des étudiants. Cela permet d’assurer que l’entreprise autant que le stagiaire soit satisfaits du placement.

Mais est-ce vraiment efficace? Selon Sabrina Diamond, stagiaire chez Camoplast Solideal, le système est « vraiment bien organisé ». Il lui permet de mieux choisir son stage : « je n’irai pas dans une entreprise qui m’a cotée 8, je crois que je ne conviendrais pas à l’organisation », précise-t-elle, la meilleure cote étant de 1 et la cote 0 signifiant un refus.

telechargez-votre-ebook-stagiaires

Des personnes-ressources jamais très loin

Par ailleurs, l’entreprise qui entame une démarche d’embauche n’est pas laissée seule à son sort. Du soutien est offert dès le début du processus. « Si votre entreprise est intéressée à avoir un stagiaire, contactez-nous! On vous mettra en lien avec la bonne ressource », assure Éric Fernet, responsable à la liaison Cégep-Entreprises au Cégep de Sherbrooke. Il rappelle qu’un suivi est effectué auprès de chaque entreprise qui veut déposer une offre de stage ainsi que pendant toute la durée de celui-ci.

Sylvie Cayouette, coordonnatrice des stages en génie, informatique et mathématiques à l’Université de Sherbrooke, poursuit dans la même voie. « On est là pour appuyer les employeurs, on peut les conseiller dans leur offre de stage afin que les étudiants postulent à leur offre. Au besoin, on les seconde pour préparer l’entrevue », ajoute-t-elle.

Également, durant tout le stage, les coordonnateurs de stage font un suivi avec le stagiaire et l’entreprise. « On fait le pont entre les stagiaires et les employeurs », résume Mme Cayouette. En plus d’évaluer l’étudiant, ils peuvent agir comme « coach de ressources humaines » autant que comme médiateur.

Quand recruter?

Au Cégep de Sherbrooke, les stages en alternance travail-études débutent habituellement au printemps : il faut donc commencer la démarche dès le début de l’hiver! Pour ce qui est des stages crédités (non-rémunérés) ou des stages dans les programmes d’Attestation d’études collégiales, la séquence de temps varie selon le programme : contactez le service de liaison Cégep Entreprises pour plus de détails.

À l’Université de Sherbrooke, des stagiaires sont disponibles à chaque session, soit l’été, l’automne et l’hiver. Par exemple, si vous voulez avoir un stagiaire de janvier à avril, vous devez commencer les démarches dès le mois d’octobre! Consultez les dates importantes.

Le défi de l’Estrie

Les entreprises estriennes ne font pas encore beaucoup appel aux stagiaires : seulement 15 à 20% des étudiants de l’Université de Sherbrooke sont placés dans la région. La situation n’est guère mieux au Cégep de Sherbrooke. « On ne réussit pas toujours à trouver des stages pour nos étudiants en alternance travail-études », déplore M. Fernet. Les programmes, pourtant nombreux et diversifiés, semblent encore méconnus de plusieurs entreprises.

Or, il ne faut pas oublier que la proximité peut jouer en la faveur des entreprises d’ici. Certains étudiants n’ont pas toujours envie de déménager pour leur stage. Mme Diamond estime qu’il est plus pratique de rester près de son lieu d’études. « J’aime mieux rester en région qu’aller à Montréal », exprime-t-elle. Ayant découvert plusieurs entreprises de l’Estrie grâce à son stage, elle aimerait maintenant trouver un emploi dans la région après la fin de ses études.

Partager :  
  |
 

Laisser un commentaire

© 2010 Défi Innovation Estrie. Tous droits réservés