Défi Innovation Estrie » Afficher sur l'accueil » Blogue d'innovation » Management de l'innovation » Dossier innovation : le numérique en entreprise

Dossier innovation : le numérique en entreprise

Denis et Myriam

Depuis l’annonce du Plan d’action en économie numérique du ministère de l’Économie, de la Science et de l’innovation, nous entendons beaucoup parler du « passage au numérique » ou encore du « virage numérique », que les PME québécoises sont encouragées à prendre. Voici donc un dossier sur l’adoption de ces technologies numériques, abordant :

● Qu’entend-on par « passage au numérique »?
● Quelques enjeux du numérique au Québec
● État des lieux du numérique dans les entreprises manufacturières
● Les avantages du numérique
● Comment passer au numérique?
● Les ressources pour passer au numérique

Qu’est-ce qu’on entend par « passage au numérique »?

Internet-des-objetsQuand on dit que les entreprises doivent prendre le virage numérique, cela signifie qu’elles doivent s’approprier les dernières technologies numériques et les intégrer à plusieurs niveaux dans leur organisation afin d’améliorer leur productivité et leur compétitivité.

« La transformation numérique de l’entreprise fait appel à la mise à niveau et à l’appropriation de nouveaux actifs numériques qui se réfèrent non seulement aux données, aux nouveaux modes de paiement et de distribution, à l’accès au réseau, à la dématérialisation, aux objets connectés et à l’impression 3D, mais également aux compétences et expertises de l’organisation. »

Cette appropriation passe souvent par de la formation et des services d’accompagnement aux entreprises afin de faciliter l’usage et l’intégration des technologies numériques.
Source : GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2015). Feuille de route en économie numérique, 32 p.

Quelques enjeux du numérique au Québec

Intensification des usages, mise à niveau et appropriation des nouveaux actifs numériques dans les entreprises

Ce qu’on appelle le « manufacturier avancé » est un nouveau mode d’organisation des moyens de production permettant de rendre nos usines plus « intelligentes », de manière à ce qu’elles adaptent mieux leur production aux besoins des clients et qu’elles économisent des ressources et des matières premières. En d’autres mots, le passage au numérique de nos PME québécoises constitue en soi un enjeu. Pour relever le défi, il faudra favoriser l’adoption par les entreprises manufacturières d’outils technologiques comme l’Internet des objets, l’Internet des données et services ainsi que la connectivité entre les logiciels, les équipements de production et les systèmes de gestion.

commerce-en-ligneAdoption du commerce électronique par les entreprises

En 2014, 50 % des adultes québécois ont effectué au moins un achat en ligne au cours de l’année. Cependant, comme encore peu d’entreprises d’ici vendent leurs produits et services en ligne, c’est seulement 26 % de la valeur des achats effectués par des Québécois qui ont été réalisées sur des sites d’ici.  Cela constituerait selon le CEFRIO des occasions d’affaires manquées pour les entreprises québécoises. Puisque le commerce électronique s’installe comme tendance mondiale, nos PME devront élaborer de nouveaux modèles d’affaires pour s’y adapter.

Développement des compétences numériques des gestionnaires et travailleurs québécois

Pour développer de nouvelles technologies numériques, mais aussi pour savoir utiliser la technologie émergente, il faut posséder quelques compétences en la matière. En ce sens, l’enjeu de la main-d’œuvre se divise en deux aspects :

● la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée dans le numérique
● le développement des compétences numériques de tous les travailleurs et des gestionnaires (la formation)

La feuille de route de l’économie numérique propose donc la formation continue systématique et adaptée afin de relever le niveau de compétences numériques de tous les travailleurs qui en ont besoin.

Recherche et développement

Selon la Feuille de route de l’économie numérique au Québec, « les entreprises qui participeront au développement et à la commercialisation de ces technologies [robotique de pointe, intelligence artificielle, réseaux, fabrication de pointe et plateformes collaboratives connectées] seront les mieux positionnées pour accroître leur productivité. » En termes de recherche et d’innovation, l’enjeu serait donc de favoriser et de soutenir activement le transfert des résultats de la R&D des universités, collèges et centres de recherche vers les entreprises.

État des lieux du numérique dans les entreprises manufacturières

Utilisation d’internet et commerce électronique

virage-numerique-entrepriseEn 2011, le taux de branchement des PME manufacturières atteignait 97,6 %, et s’élevait même à 100 % dans les PME comptant entre 100 et 499 employés. Si 76,1 % des entreprises sondées utilisaient une connexion à haute vitesse, l’accès à une connexion internet de qualité demeure à ce jour une difficulté pour les entreprises en zones rurales.

La quasi-totalité des entreprises qui comptent entre 100 et 499 employés possède un site internet, contre 65 % pour les entreprises de 5 à 19 employés. Cependant, seulement 7,2 % des PME du secteur manufacturier ont un site adapté aux appareils mobiles. En ce qui concerne les activités réalisées en ligne par les entreprises manufacturières, on compte les achats, les opérations bancaires, le recrutement et le marketing. Néanmoins, les PME tardent à s’adonner au commerce électronique, avec seulement 15,2 % d’entre elles qui vendent en ligne.

Utilisation d’outils liés aux TIC

Le secteur manufacturier accuse un retard quant à l’utilisation de certains outils liés aux TIC. En 2012, près du tiers des entreprises manufacturières canadiennes n’utilisaient aucun progiciel de gestion (ERP, CRM, SCM, etc.) Les outils numériques plus conventionnels, tels que le courriel, les logiciels de gestion de tâches et la vidéoconférence sont toutefois bien implantés chez les manufacturiers.

En ce qui a trait aux dernières technologies numériques, par exemple l’Internet des objets et l’Internet des données, les entreprises canadiennes (pas seulement manufacturières!) commencent à y songer, mais le virage n’est pas amorcé pour la plupart. Une étude effectuée en 2014 auprès de 209 entreprise canadiennes souligne que « seulement 6 % d’entre elles [avaient] déployé ce type de technologie et que 7 % [prévoyaient] en adopter l’utilisation d’ici la fin de 2014 ».

Sources :
CEFRIO. Adoption des technologies de l’information et de la communication par les pme du secteur manufacturier.
STIQ (2014). Baromètre industriel québécois : un portrait inédit du secteur manufacturier du Québec, 20 p.
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2015). Feuille de route en économie numérique, 32 p.

Les avantages du numériques

Gain de productivitéD’après des entrepreneurs ayant participé à un programme d’accompagnement dans la transformation numérique (programme PME 2.0), les avantages ont été :

● L’augmentation de l’efficacité interne
● L’ajout de valeur aux produits et/ou services offerts
● L’amélioration du positionnement concurrentiel
● L’amélioration des communications à l’externe

Selon d’autres études, les avantages du passage au numérique sont :

● L’amélioration de la productivité (l’usage d’internet accroit de 10 % la productivité des PME)
● Une plus grande capacité à exporter
● Une plus grande croissance de l’entreprise

Sources :
CEFRIO (2015) Le passage au numérique : le défi des entreprises québécoises, présentation de Geneviève Lefebvre
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2015). Feuille de route en économie numérique, 32 p.

Comment passer au numérique?

diagnostic-numériquePour faciliter votre adoption des technologies numériques, le CEFRIO a mis à votre disposition des outils, les 6 clés de l’adoption du numérique, mettant en valeur les meilleures pratiques en la matière. Les 6 clés proposées se présentent ainsi :

● Consolider mes fondations numériques
● Arrimer ma stratégie d’affaires au numérique
● Analyser mes besoins technologiques
● Choisir une solution technologique
● Gérer un projet technologique
● Déployer le changement numérique

Il est d’ailleurs important de rappeler qu’un virage au numérique demande beaucoup de temps de réflexion en amont. Les entreprises font parfois l’erreur de partir de la solution (par exemple un système ERP quelconque) et non de leurs besoins réels, ce qui mène à plusieurs insatisfactions par la suite. Commencez par un diagnostic et une cartographie, c’est-à-dire une analyse en profondeur de votre situation actuelle en matière de numérique; vous pourrez ensuite réaliser une planification stratégique adéquate.

Les ressources pour passer au numérique

Dans son Plan d’action en économie numérique, le gouvernement a prévu quelques mesures pour aider les entreprises à prendre le virage numérique, dont :

● La bonification du crédit d’impôt relatif à l’intégration des TI
● Du soutien pour l’acquisition d’équipements et logiciels
● Un nouveau fonds d’amorçage et de démarrage d’entreprises innovantes (InnovExport)

Le passage au numérique, plusieurs le considèrent inévitable. Il est donc primordial que vous vous prépariez à prendre ce virage! Peut-être avez-vous aussi entendu parler de l’industrie 4.0? Il s’agit du numérique appliqué optimalement à l’industrie manufacturière. Pour en savoir davantage sur l’industrie 4.0 ou sur les différents programmes et diverses mesures pouvant vous aider à adopter le numérique, contactez-nous

Partager :  
  |
 

Laisser un commentaire

© 2010 Défi Innovation Estrie. Tous droits réservés